SOCIÉTÉ

Société : « Ce qui touche la femme, touche la société entière »

A l’Hôtel Club du Lac Tanganyika a lieu ce vendredi 26 novembre le lancement d’un prix concours des médias.  Ce dernier a pour thème «la lutte contre les violences basées sur le genre». Le but de ce concours est de sensibiliser les burundais à travers les médias à lutter contre ce genre de violence. Et le meilleur reportage sera recompensé par La Benevolencia.

Selon Claude Bochu, l’ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi, les chiffres des victimes de violences basées sur le genre sont alarmants. « J’ai découvert qu’une femme sur trois dans le monde est victime des violences sexuelles, souvent par des intimes», a-t-il souligné ce vendredi 26 novembre, lors du lancement du prix concours des média édition 2022.

Claude Bochu, Ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi

Pour lui, les violences basées sur le genre, ce n’est pas un problème des femmes. C’est plutôt un problème de la société. « La façon dont on les aide à se reconstruire après avoir subi le viol et la façon dont on  fait de la prévention pour que ce genre de phénomènes-là arrêtent engagent la société », a-t-il précisé.

Selon Léocadie Ndacayisaba, ministre de la communication, des technologies de l’information et des médias, ce phénomène des violences sexuelles faites aux femmes existe bel et bien au Burundi. Malheureusement, souligne-t-elle, les victimes de ces violences préfèrent se taire. Et cela pour éviter la stigmatisation de la société. Pourtant, elle déplore que certains responsables ayant dans leurs missions la protection des droits de femmes jouent la complicité en proposant des règlements à l’amiable, au lieu de sanctionner sévèrement les auteurs de ces crimes.

La ministre Ndacayisaba appelle les médias et les journalistes à la bonne maîtrise de leurs responsabilités sociales. Elle leur demande aussi à jouer pleinement leur noble mission de protection des droits de l’homme en général et de la femme en particulier. « Ce qui touche la femme, touche la société entière », a-t-elle affirmé.

Vue des participants

Même son de cloche chez les différents participants interrogés.  Ces derniers reconnaissent que les violences basées sur le genre vont croissant ces derniers jours. Ils appellent l’Etat à veiller à ce que les auteurs de telles violences soient punis sévèrement. Et cela pour contrer  ce phénomène.

Signalons que les violences basées sur le genre ne visent uniquement pas les femmes. Comme en témoignent certains des participants, elles visent aussi les hommes et les enfants.

Callixte NDAYIRAGIJE

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button