Uncategorized

L’Homme d’affaires Sylvestre Niyonsaba célèbre ses 50 ans

On dit que la vie est la plus belle des fêtes. Tant qu’on peut la célébrer autour des siens et de ses collaborateurs, c’est encore mieux. Voilà ce qu’a dû comprendre l’homme d’affaire Sylvestre Niyonsaba.

Nous sommes un samedi après-midi au cœur de la capitale économique, le climat est beau en cet été. Direction dans l’un des Hôtels de Bujumbura. Arrivée sur place, d’immenses tentes s’impose, le décor est époustouflant, les détails soignés à la perfection. Une grande équipe composée d’hommes et femmes grouillent de partout. Il ne faut rien rater pour la réussite de cet événement.

Les heureux invités s’installent petit à petit. Accolades ici et là, poignés de main, on dirait que tout le monde connait tout le monde. La présence des forces de l’ordre présage la venue des hautes autorités du pays. On remarque également la présence des hauts dignitaires de ce pays. C’est un important événement pour un homme respectueux.

Les invités d’honneur. Sur la photo, Pasteur Dénise Nkurunziza et Prosper Bazombanza le Vice Président du Burundi

C’est une fête glamour, la classe totale, on jubile. Oui Monsieur Sylvestre Niyonsaba célèbre ses 50 ans ensemble avec sa famille, amis et connaissances sans oublier ses partenaires dans ses diverses activités entrepreneuriales. Au programme, des témoignages, la diffusion d’un film documentaire qui retrace sa vie jusqu’aujourd’hui. Il n’y a pas que Ça, dans ce film qui est projeté sur grand écran, on découvre l’homme. Ses amis d’enfance nous peint un profil d’un homme qui a toujours eu le goût du business dès son jeune âge, et qui n’a pas hésité de commencer petit. Un autre fait, l’entreprenariat c’est un truc familial comme tout «mu nya Kayanza» qui se respecte.

Au-delà de ces feux de projecteurs et des propos élogieux, c’est un homme humble qui se présente devant l’auguste assemblée. Emu, il sort sa voix à peine et entonne quand même «N’iki wahaye Imana yawe, mbese n’iki» (Qu’as-tu offert à Dieu, qu’est ce que tu as offert à Dieu pour la Grâce qu’il t’accorde), pour dire qu’il n’est rien sans la faveur de Dieu.

Monsieur Sylvestre Niyonsaba lors de son discours.

Dans un beau discours ponctué par des chants de louange, l’homme d’affaire Sylvestre Niyonsaba va raconter ses mésaventures dans son parcours de businessman. Il confiera à ses nombreux invités que le choix de célébrer son jubilé d’or à l’Hôtel Source du Nil n’est pas un hasard. « C’est ici que j’ai rencontré un homme blanc en 1998, et qui m’a arnaqué. En complicité avec un autre individu, il m’a pris tout l’or que je voulais lui vendre. Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en remettre. Et voilà, aujourd’hui je suis ici debout en train de célébrer mes 50 ans au même endroit » a-t-il dit avant de chanter encore une fois.

A propos de Sylvestre Niyonsaba

Ayant grandi dans une famille qui s’attèle aux activités de business en grande partie, Sylvestre Niyonsaba développe le sens des affaires dès le bas âge. A 19 ans, il se lance dans l’élevage et la vente des vivres. Sans tarder, il rejoint sa mère dans l’agriculture et le collecte du café. Aujourd’hui, sa mère est gestionnaire d’une société qui exporte le café aux Etats-Unis d’Amérique.

Monsieur Sylvestre Niyonsaba travaille dans le secteur des mines depuis 1998. Actuellement il exploite la cassitérite et le colombo tantalite dans les provinces du nord du Burundi. Sylvestre Niyonsaba leader dans ce secteur,   a été Président de la Chambre Sectorielle des Mines et Carrières au sein de la Chambre Fédérale du Commerce et de l’Industrie du Burundi «CFCIB».

L’homme d’affaire Sylvestre Niyonsaba compte des centaines  d’emplois crées directement et indirectement. . Quant à sa contribution, ses entreprises contribuent dans le développement socio-économique du pays à travers les impôts et taxes qu’elles versent dans les caisses de l’Etat mais aussi à travers les travaux de développement communautaires qu’il a entrepris dans certaines régions du pays. Dans ses perspectives d’avenir, Sylvestre Niyonsaba compte implanter une usine de production des carreaux  au Burundi, son souhait est que cette usine puisse être opérationnelle au mois de mars prochain.

Et quant aux festivités de son 50ème anniversaire, Sylvestre Niyonsaba nous a humblement répondu que pour lui, ce fût l’occasion de rassembler sa famille et ses amis ensemble. «J’aurais pu aller en vacances à Dubaï. Hélas ! La famille et les proches d’abord». Longue vie à lui

Armand NISABWE

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button