SOCIÉTÉ

OIM & Nacham Africa : Renforcer les capacités des volontaires pour mieux servir

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a organisé une formation pour les volontaires de NachamAfrica sur « Les premiers secours psychologiques ». Ce renforcement de capacités s’inscrit dans le cadre du projet résilience de l’OIM financé par l’Union européenne,«TwitehoAmagara», au programme 90 volontaires vont être formés.

Pour Armand Ijimbere qui est le fondateur de NachamAfrica, le besoin de faire ces formations s’est manifesté en réalisant que la majorité des volontaires de NachamAfrica n’ont pas une formation médicale vu qu’ils viennent de différents secteurs. « En dépit de leur bonne volonté d’aider les malades ils n’ont pas de connaissances nécessaires pour bien mener leur tâche, c’est donc ça qui m’a motivé de toquer par ici et par là pour voir si on peut avoir de l’aide. Heureusement l’OIM a répondu positivement à notre requête et aujourd’hui 60 volontaires sont en train d’être formées d’ailleurs j’en profite de l’occasion pour les remercier de leur aide» dit-il.

A lire aussi >>>>https://ejo.bi/la-decouverte-de-nacham-africa-une-organisation-qui-console-les-patients-vulnerables-dans-les-hopitaux-publics/

À travers ses différents projets, L’OIM, en collaborant avec le gouvernement, la société civile et les principaux partenaires du secteur de la santé, vise à renforcer la capacité des services de santé mentale et psychosociaux pertinents fournis aux migrants vulnérables.

Lionel Nitunga, l’un des volontaires de NachamAfrica, nous a fait savoir que cette formation va être bénéfique pour eux, les aider à bien mener leur mission au sein des hôpitaux publiques du Burundi mais aussi en cas d’incendies ou d’inondations et divers types d’évènement stressant ils seront en mesure d’intervenir et apporter leur aide. Et pour ce qui est des premiers secours psychologiques, l’être humain est un être bio psycho-social ; il a donc besoin de satisfaire ses besoins physiologiques comme l’alimentation, se faire soigner, et aussi s’intégrer dans la société, chez Nacham on veut donc aider les patients à satisfaire tous ces besoins et aussi les éviter à se sentir marginaliser.

Quant à Esperance Bagona qui est une des formatrices, les volontaires leur ont prouvé qu’ils avaient soif de cette formation. «Notre attente est qu’après la formation ils aient assez de connaissance pour aider les malades des hôpitaux publics après un incident critique dans lesquels ils offrent leurs services mais aussi ils seront à mesure d’intervenir dans n’importe quelle circonstance des catastrophes ».

Concernant les principaux défis rencontrés dans leur quotidien, Armand Ijimbere nous confie que le plus important est ce manque de personnels formés en ce qui est de l’assistance médicale. Il ne manquera pas aussi de mentionner qu’un handicap financier les bloque quelques fois dans la réalisation de leur mission. « NachamAfrica est une idée innovatrice nous sommes les seuls à travailler à temps plein dans le soutien des patients délaissés ici au Burundi, le ministère de la santé est déjà notre partenaire ce qui est favorable dans l’accomplissement de nos programmes sur tout le territoire national. Donc j’invite toute âme charitable à nous soutenir ».

Notons aussi que chaque année Nacham a une tradition de fêter Noël et le nouvel an avec les vulnérables des hôpitaux publics ; une collecte d’habits, de nourriture, de savons ainsi que tout ce qui peut servir pour aider une personne hospitalisée est déjà en cours. Votre générosité pourrait changer la vie d’une personne donc ne manquez pas à  cet acte charitable qui se tiendra en date du 14 décembre à la clinique Prince Louis Rwagasore.

Pour plus d’informations, appelez au (+257)79349367 ou au (+257) 61006883 ou visiter leur site web : www.nachamafrica.org ou encore aller sur leur page facebook : NachamAfrica

Elsie Jenny ARAKAZA

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button