Les provinces, foyer actuel du football au Burundi

Depuis de longues années Bujumbura aura été la terre du football par excellence. Les équipes de la capitale politique ont fort longtemps dominées le championnat de football qu’il était même impensable qu’une autre équipe hormis celles de Bujumbura  « rêve » un jour de remporter la coupe. Mais aujourd’hui on observe une montée en force des équipes de l’extérieur de Bujumbura et cela pour le bien du football burundais.

Flambeau de l’Est, «…à jamais les premiers…»      

Coup de tonnerre en 2013, une équipe venant de l’Est du Burundi, dans la province de Ruyigi à une centaine de kilomètres de Bujumbura vient de remporter le championnat sous les yeux des grandes écuries de la capitale économique Bujumbura alors à l’époque encore capitale politique. Une première dans l’histoire du pays.

A compter de ce jour, les autres équipes ont compris qu’il était possible de concourir pour le titre avec les Vital ‘O, Inter Star, Lydia Ludic Burundi et autres tout en étant une équipe d’en dehors de Bujumbura. Aigle Noir Fc et Le Messager Ngozi emboiteront le pas et d’ailleurs ce dernier est classé champion de l’année à une journée  de la clôture du championnat avec cinq points d’avance sur Musongati Fc autre club de l’intérieur du pays.

En se classant champion de la saison, Messager Ngozi vient d’ajouter son 2ème titre dans sa collection des coupes, après  celle remportée lors  de la saison 2017-2018.  Cela fait donc trois ans qu’aucune équipe du sol de Bujumbura n’ait touché de ses mains la coupe de la Primus League sachant qu’Aigle Noir de Makamba l’avait remporté lors de la saison 2017-2018. Cette année même le bilan est lourd pour les clubs de la capitale économique. Sur le classement, quatre clubs sur cinq sont tous des clubs de l’extérieur de Bujumbura.

La ferveur des supporters et une bonne gestion des clubs

Pour montrer  actuellement à quel point le football a pris bagages pour l’intérieur du Burundi, il faut se rendre aux stades pour voir la ferveur et la chaleur des supporters des équipes de l’extérieur de Bujumbura. Une rencontre entre Musongati Fc et Le Messanger Ngozi, le stade est rempli à craquer alors qu’un Les Lierres contre Bujumbura City le stade est quasi vide.  A part le Vital ‘O qui reste le club le plus populaire de Bujumbura, rares sont les équipes de Bujumbura qui peuvent réunir des foules immenses et surtout enthousiasmées. Le derby de la capitale n’est plus que l’ombre de lui-même et n’appartient que dans la bouche des ainés. Inter Star contre Vital’O n’est plus attirante et pour Lydia Ludic Burundi et Vital ‘O  la ferveur autour de cette rencontre n’est plus du tout comme celle d’avant. Kevin Gakiza journaliste sportif à qui l’on a approché pour nous aider à bien éclaircir ce sujet nous dit : « En effet maintenant les équipes de l’intérieur sont bien encadrées et reçoivent des fonds nécessaires à leur ce qui explique aujourd’hui leur forme actuelle.  Maintenant elles sont bien préparées plus que celles de Bujumbura ».

Et il ajoute : « N’oublions pas aussi un point important, les stades. Maintenant ils ont des terrains bien aménagés, ce qui favorise leur évolution qui s’observe par les résultats qu’ils obtiennent depuis trois ou quatre ans. En gros, une bonne gestion, des fonds et un bon environnement explique le succès des clubs de l’extérieur de Bujumbura ».            

Mais pour le bien du football

Ce qui manquait en grande partie pour les équipes de l’intérieur du pays c’était des moyens financiers importants qui sont un élément majeur  dans le développement du football et aussi un bon encadrement. Celles-ci sont maintenant bien encadrées et reçoivent des fonds financiers pour leur bien propre développement de la part des natifs, ou des autorités ressortissantes de ces provinces. Et cela doit être une réjouissance parce que ça permet un bon développement de ce sport au niveau national et pas seulement à Bujumbura.

Audry Carmel GIRANEZA