Emission publique : Il y a encore à faire pour ouvrir les frontières du pays

Ce vendredi le 25 septembre 2020, le président de la République Evariste Ndayishimiye a tenu une émission publique à Gitega, capitale politique du pays. Dans cette émission, le président a annoncé que même si on a pu maîtriser la covid-19 (selon le Bilan de la MSPLS), la campagne de lutter contre cet ennemi redoutable n’a pas été clôturée pour ouvrir les frontières du pays.

«  Selon les résultats du dépistage massif de la campagne Ndakira, Sinandura kandi Sinanduza corona virus, C’est la pure réalité que nous avons pu maîtriser cette pandémie à l’intérieur du pays » témoigne le président.

Et d’ajouter : «  Cependant, cette pandémie n’est pas loin. Tous les burundais doivent être aux aguets pour la combattre. Ceux qui viennent de l’extérieur du pays ne doivent pas être l’objet de la propagation de la covid-19. Certains pays même nous trompent en donnant des certificats témoignant que quelqu’un est testé négatif de la pandémie alors qu’il a été contaminé. C’est pour cette raison que les rapatriés sont mis dans des places isolées pour  le dépistage et le traitement des contaminés ».

Pour ceux qui posent la question : « Quand la voie aérienne sera ouverte »? Le numéro Un  a répondu d’une façon rhétorique.« Est-ce que ce qui est mieux est d’ouvrir l’aéroport et laisser la population tomber malade? L’Etat doit d’abord prendre toutes les mesures sur les frontières du pays pour éviter la propagation à l’intérieur».

Les frontières du Burundi et l’aéroport international Melchior Ndadaye ont été fermées pour lutter contre  la propagation de la covid-19.

Frédéric NTAKIMAZI