La création des coopératives, un remède au chômage des jeunes au Burundi

Le chômage est  un ennemi redoutable du développement économique du pays en général et de la jeunesse en particulier. Pour surmonter cet obstacle, des jeunes s’organisent en coopératives.

‹‹Le chômage n’est plus un handicap pour le développement économique des jeunes. Avec l’idée de se mettre ensemble tout est possible››, dit  Josias Ndayizeye le président de la coopérative S&R Farm.

Josias Ndayizeye a fréquenté l’Université du Burundi, Département des Etudes Africaines. Après ses études universitaires, il n’a pas croisé les bras. Il a toujours cherché à qui s’associer pour mettre en valeur les connaissances acquises à l’école.

Etant plus de 10, ils ont réussi à créer une coopérative œuvrant dans les communes Nyanza-Lac, Rumonge, Bubanza, Musigati et Buganda. S&R Farm est une coopérative spécialisée dans l’agriculture des oignons, des tomates, des haricots et des pastèques et l’élevage des porcs.

La mission principale de la coopérative et de créer des emplois pour les jeunes en situation de chômage. ‹‹À part que nous avons créé nos propres emplois, un bon nombre de résidents de ces communes en profitent aussi›› ajoute ce représentant de la S&R Farm.

Et de continuer : ‹‹ Dans chaque commune, un jeune est engagé pour la gestion des équipements de la coopérative. Ce jeune reçoit une rémunération de 50 mille par mois››.

La coopérative a été lancée au mois de juin 2020. Rien qu’avec quelques mois de fonctionnements, S&R Farm détient plusieurs hectares qu’ils exploitent déjà.

Josias fait aussi un clin d’œil aux autres jeunes en chômage  de ne pas attendre les appels d’offres d’emplois, mais plutôt de s’organiser ensemble et  commencer à détecter les talents qui se trouvent en eux.

En 2019, le gouvernement a mis en place l’Agence Nationale de promotion et de régulation des sociétés Coopératives(ANACOOP).

Frédéric NTAKIMAZI