TABITA ACTION: Se soucier des plus démunis et porter loin leur voix

Si vous êtes chrétiens ou que vous êtes lecteur de la bible, le  mot Tabitha ne vous est pas inconnu. Il y avait cette femme dans la bible du nom de Tabitha ou Dorcas qui s’occupait toujours de faire l’aumône en  vêtant  ceux qui sont dénués et en nourrissant les affamés, elle était toujours aux petits soins des nécessiteux .C’est de cette belle histoire que la Fondation TABITA ACTION  s’est inspirée.

Pour Madame Oda NDUWIMANA fondatrice de TABITA ACTION, elle n’a fait rien d’autre que répondre à l’appel de Dieu. Depuis toute petite voir un démunis la désolait, malgré l’incapacité de leur venir aide elle était convaincue que sa vocation est non seulement de les aider mais aussi être leur porte-parole.

En 2008, la fondation TABITA  ACTION a vu le jour avec comme mission principale le verset biblique Isaïe 61,1-4. Son objectif était d’aider les personnes en situation de  rue pour qu’elle puisse y sortir, l’aide consistait à le vêtir, le nourrir et aussi l’aider à avoir accès aux soins de santé.

En 2011, la fondation a mis en place un projet qui avait comme thème « Où est ton frère, l’affaire de ton frère te concerne ! » qui a vu la participation de  secteurs : l’Etat, l’Eglise et les ONG. Pour Madame Oda NDUWIMANA  « si les 3 entités ne travaillent pas ensemble il n’y aura pas de solution durable pour les démunis en situation de la rue, parce que selon elle les  aider ne suffit pas, ils ont aussi besoin d’avoir une certaine formation pour savoir comment sortir de la situation dans lequel ils se sont retrouvés ». C’est dans cette même optique qu’est né un partenariat avec le gouvernement depuis 2017.

Chaque année désormais à la fin de l’été la  Fondation TABITA ACTION offre du matériel scolaire aux enfants dans le besoin. Cette année l’activité s’est déroulée en date du 8 septembre 2019, où 300 enfants ont pu être envoyés à l’école. Les activités de la fondation ne s’arrête pas là parce que 100 cartes d’assurances maladies ont déjà étaient distribuées et des formations en entreprenariat sont dispensées, la 4ème promotion a déjà été certifiée.

Madame la fondatrice a conclu que le défis majeur qui constitue un blocus pour elle est le manque de moyens financiers mais elle se dit aussi satisfaite du retour de ses actions qu’elle qualifie d’un retour positif vu le nombre d’enfants qui sont scolarisés alors qu’auparavant ils passaient leur journées à sillonner les rues et aussi grâce aux formations en entreprenariat, les bénéficiaires ont compris qu’ils ne sont pas vulnérables mais qu’ils sont juste modeste et qu’ils peuvent sortir de cette situation.

Elsie Jenny ARAKAZA

 

Please follow and like us: