L’Ombudsman burundais a rencontré à Nairobi l’opposition en exil

L’Ombudsman Edouard Nduwimana a rencontré certaines personnalités de l’opposition  en exil à Nairobi. S’agit-il de la relance du dialogue inter burundais, où de négociation ? L’institution qu’il dirige a sorti un communiqué y relatif.

Dans un communiqué rendu public  le 18 septembre par l’Institution de l’Ombudsman du Burundi, ils confirment qu’il y a eu une rencontre entre Edouard Nduwimana et certaines personnalités de l’opposition en exil qui ne font pas «objet de poursuites judiciaires dans le cadre de la sensibilisation au retour au pays».

Dans cette rencontre qui a duré 2 jours, l’Ombudsman a précisé qu’il ne s’agissait pas de relancer le dialogue encore moins de négocier. Au cours de cette séance, ces opposants constitués d’anciens haut cadres du pays et du parti au pouvoir, ont soulevé certains points comme la libération des prisonniers politiques, l’ouverture de l’espace politique, la  modification de la CENI, la mise à disposition des passeports pour certains d’entre eux, le levée de mandants judiciaire émis contre certains d’entre eux, la mise à leur disposition d’une unité de sécurité une fois rentrés (…).

Selon ce communiqué, ces opposants ont manifesté la volonté de faire le retour au bercail, mais avec une condition : «discuter de ces questions avec un représentant du Gouvernement dûment mandaté».

Et à l’Ombudsman de leur rappeler que la priorité du Gouvernement est la préparation des élections de 2020 et la mise en application du Plan National de Développement. Honorable Edouard Nduwimana a informé ces hommes politiques en exil que cette séance entre eux et l’institution est la dernière et que la possibilité de faire d’autres rencontres est envisageable après les élections de 2020.

En août 2017, l’Ombudsman burundais avait rencontré à Helsinki l’opposition en exil dans une réunion similaire.

Armand NISABWE

Please follow and like us: