L’album Nashimwe, «Un album d’une maturité flagrante dans tous les domaines.»

Ce 20 septembre 2020, le groupe Rédemption Voice a sorti officiellement leur troisième album d’une différence flagrante sous tous les aspects comparés au 2 autres sorties auparavant.

Depuis sa  création en 2010 le groupe Rédemption Voice a su marqué de son estampille la musique burundaise avec des chansons qui ont su raisonnés partout  ce qui a propulsé le groupe à un niveau de reconnaissance international.

C’est après quelques années d’absence, que le groupe marque son retour avec un 3ème album « NASHIMWE » fait de 8 chansons. Le lancement officiel s’est fait en live streaming sur les plateformes de Akeza.net, ce qui lui a valu le titre du premier album d’artistes burundais a être lancé sur les réseaux sociaux, une première pour les amoureux de la musique en général et les fans du groupe en particulier habitués au sorties officiels dans un lieu public. « Le groupe ne prévoit pas un lancement ouvert au public mais sachez que l’on pense à offrir à nos fans un concert dans les mois à venir » dit Eric Mugisha responsable du groupe.

Malgré sa sortie officiel l’Album ne sera retrouvé que seulement sur les plateformes digitales de streaming et de téléchargement légal qui sont tous payant car masterisé par un Ingénieur américain  Kevin Mc Noldy du crystalphonic un studio de production basé en Virginie et la production assuré par DUDU T. Niyukuri  l’album aurait couté les yeux de la tête, un pactole de 10millions de francs Burundais et faisant de l’album le plus chers déjà produit par le groupe.

Constatant que l’album est difficilement accessible pour leurs fans se trouvant au Burundi, le groupe a mis à leur disposition une innovation des flashes disk signés Rédemption Voice pour aller avec les réalités du moment puisque les CD ne sont plus couramment utilisés, ajoute Eric Mugisha.

Malgré cet avancé tardive, l’Album aura permis a la musique burundaise de faire un pas dans le monde professionnel de la musique qui fait que l’artiste puisse tiré des revenus de son travail et tout en espérant que ça aura aussi servi de leçon à divers artistes, qu’ils comprennent que c’est à eux de faire de la musique une profession rentable et non seulement une partie de plaisir.

Donald NISHIMWE